CHantage Tollé après la menace d’une grève des IVG par un syndicat de gynécologues (Le Monde)

Caractère inadmissible de ces menaces qui vont à l’encontre du respect inconditionnel du droit à l’IVG garanti dans notre pays

Sept mois après le tollé suscité par les propos anti-avortement de son président, le Syndicat national des gynécologues-obstétriciens (Syngof) est, de nouveau, sous le feu de vives critiques. Pour se « faire entendre » du ministère de la santé et obtenir la satisfaction d’une revendication concernant le fonds de garantie de la profession, le conseil d’administration du principal syndicat de cette spécialité médicale a demandé, dans un e-mail envoyé mardi 12 mars, à environ 2 000 de ses adhérents de se « tenir prêts à arrêter la pratique des IVG »

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

S'abonner à la lettre .info

Top