Secret des affaires

Et si le lanceur d’alerte, c’était vous ?

Imaginez que vous découvrez que votre employeur est engagé dans des activités illégales. Que faites-vous ?

Lire la suite...
29 mai 2017

Temps de lecture : 5 minutes

Imaginez que vous êtes dans votre entreprise : alors que vous recherchez un fichier, vous tombez sur des éléments qui vous montrent que votre employeur est engagé dans des activités illégales. Peut-être a-t-il commis des actes de corruption, peut-être fraude-t-il le fisc, peut-être encore cache-t-il des informations sur une menace potentielle pour le public.

Que faites-vous ? Le dénoncez-vous ?

C’est ce qu’Antoine Deltour a choisi de faire. Lorsque ce jeune homme de 28 ans, qui travaillait pour PricewaterhouseCoopers, a découvert par hasard la preuve d’un système d’évasion fiscale à très grande échelle facilité par le Luxembourg, il a décidé de tirer la sonnette d’alarme. Le scandale révélé par Antoine, aujourd’hui connu sous le nom de LuxLeaks, a contribué à remettre la corruption et la fraude fiscale en première ligne dans l’agenda politique européen.

Antoine est un héros. Les lanceurs d’alerte tels que lui, qui ont le courage de dénoncer les violations commises par des entreprises, doivent être protégés contre les mesures de représailles. Or, au lieu de cela, Antoine a été déclaré coupable de vol de secrets d’affaires par un tribunal. Aujourd’hui, il paie le prix fort pour s’être élevé contre la cupidité de grandes entreprises, dont aucune n’a encore été inquiétée par la justice ! Est-ce juste ? Non ! Nous vous proposons de transformer la colère légitime ressentie face à cette injustice en force d’action.

La Commission européenne a le pouvoir de proposer une nouvelle protection forte pour les lanceurs d’alerte. En ce moment même, une consultation publique est en cours… C’est le moment de nous faire entendre ! Si des milliers de citoyens à travers l’Europe élèvent la voix et montrent leur solidarité avec les lanceurs d’alerte, alors ils pourront convaincre les législateurs de voter une loi qui changera la vie de beaucoup de personnes courageuses telles qu’Antoine. Joignez-vous à nous pour exiger de l’UE qu’elle protège les lanceurs d’alerte contre les mesures de représailles et de vengeance de ceux dont ils dévoilent les malversations. Agissez dès maintenant : il ne reste plus que quelques jours avant la clôture de la consultation !

Demandez à la Commission de protéger les lanceurs d’alerte !

Lorsqu’il a divulgué les preuves en sa possession, l’unique motivation d’Antoine était de révéler l’ampleur de l’injustice que la fraude représentait. Les répercussions sont allées bien au-delà de ses prévisions, déclenchant un véritable raz-de-marée. La colère des citoyens provoquée par l’affaire LuxLeaks a contribué à transformer le débat sur la corruption et la justice sociale, poussant l’UE à proposer des législations plus strictes sur la fraude fiscale des entreprises. Ces mesures n’ont pas empêché un tribunal luxembourgeois de déclarer Antoine Deltour coupable de violation de secrets d’affaires.

« Il est scandaleux que des personnes qui ont rendu un service d’une valeur inestimable à la société, en mettant de surcroît leur carrière en péril, soient déclarées coupables, alors que les riches et puissants volent des centaines de milliards d’euros aux citoyens », a déclaré son avocat après sa condamnation [1].
Les lanceurs d’alertes comme Antoine jouent un rôle essentiel : celui d’obliger des entreprises puissantes et les gouvernements à rendre des comptes. Ils contribuent à protéger des vies, notre environnement, notre argent.
Aujourd’hui encore, seuls cinq états-membres ont mis en place une protection légale pour les lanceurs d’alerte : c’est la raison pour laquelle nous réclamons la mise en place de toute urgence d’une législation au niveau de l’UE. Sans cette législation, les lanceurs d’alerte seront condamnés à être sanctionnés pour avoir osé dénoncer, perdant leur carrière, leur réputation, leur liberté et leur anonymat. Notre liberté d’expression et notre droit à l’information doivent primer sur les intérêts corporatistes ; les lanceurs d’alerte ne doivent pas être sanctionnés, mais protégés !

Signez maintenant pour protéger les lanceurs d’alerte !

La consultation publique organisée par la Commission européenne est une première étape-clé vers cet objectif. Son résultat influera sur la nouvelle loi destinée à protéger les lanceurs d’alerte contre les poursuites à travers l’Union européenne. C’est le moment de faire entendre nos voix pour l’intérêt général ! Nous ferons en sorte que la Commission européenne prenne en compte notre pétition, que des dizaines de milliers de personnes ont signée. Nous veillerons également à ce que notre voix porte plus, dans le cadre de cette consultation, que celle des intérêts corporatistes.
Pour cela, nous avons besoin que vous montriez votre solidarité avec ceux qui donnent l’alerte : ajoutez votre signature dès aujourd’hui pour faire valoir nos demandes dans la consultation.

Merci, Marine Gauthier (Paris), Martin Caldwell (Londres/Berlin), Julia Krzyszkowska (Varsovie), Olga Vukovic (Bologne), Jörg Rohwedder (Lübeck), et toute l’équipe WeMove.EU

 

[1] Verdict en appel des #Luxleaks (en anglais) : le justicier contre l’évasion fiscal, condamné à nouveau, http://www.taxjustice.net/2017/03/15/luxleaks-appeal-verdict-tax-justice-heroes-convicted/

WeMove.EU est un mouvement ouvert à toutes celles et ceux militant pour une meilleure Union européenne, attachée à la justice sociale et économique, à la gestion durable de l’environnement, et à l’implication des citoyens dans les processus démocratiques

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

S'abonner à la lettre .info

Top