Enfin une bonne nouvelle !

2,1 % d’augmentation de salaires pour les Ingés Cadres de la Métallurgie !

Une belle victoire, un point d’appui important pour les syndicats.

Lire la suite...
21 février 2019

Temps de lecture : 3 minutes

Le 8 janvier 2019 s’est tenue la seconde réunion de négociation sur le barème des appointements minimaux garantis des ingénieurs et cadres pour l’année 2019. La FTM CGT et son Ufict après consultation a donné un avis favorable à la signature d’un accord pour une revalorisation de 2,1 %.

Trois questions à Edith Biéchlé, secrétaire générale de l’Ufict-CGT Métallurgie

Le climat social actuel a-t-il pesé sur les négociations ?

E.B « L’année dernière, on était à 1,2 % et l’année d’avant encore à 0,8 %. Vu le contexte social et l’actualité, l’IUMM a proposé 1,9 % en ouverture de négociation,  soulignant que ce montant prenait en compte les résultats favorables de l’année 2018. Les organisations syndicales ont décliné l’offre, forçant l’IUMM,  après plusieurs suspensions de séance, à proposer finalement 2 %.  Un seuil symbolique que l’IUMM a quand même eu des difficultés à franchir, malgré un contexte de mécontentement actuel qui aurait nécessité un signe bien plus marquant de sa part.

Le front de l’intersyndicale a-t-il tenu face à l’IUMM ?

E.B. « La Fédération des travailleurs de la Métallurgie avec son UFICT a décidé de poursuivre les négociations dans l’union avec les autres organisations syndicales. Malgré une petite résistance face au patronat de la branche, de la part des autres organisations lors des premières séances de négociations, il n’y a pas eu une réelle position commune entre les différentes délégations. Néanmoins notre volonté affichée de voir évoluer les propositions de l’UIMM, l’a contraint  à mettre sur la table une autre proposition à 2.1 % que les autres organisations syndicales se sont empressées d’accepter en signant l’accord en séance,

Fidèles à notre principe de consultation, nous avons  mis à disposition  de tous les syndicats de la métallurgie le matériel nécessaire pour recueillir l’avis des salariés quant à la validation ou non de cette proposition à 2,1 % pour les minimas 2019 par notre éventuelle signature. Au vu des réponses obtenues à l’issue de cette consultation, la FTM et son Ufict ont émis un avis favorable et signé l’accord.

Peut-on considérer cette augmentation comme un réel progrès par rapport aux autres année ?

E.B : « Pour la première fois depuis longtemps,  le pourcentage de revalorisation des minima des grilles conventionnelles des Ingénieurs et cadres dépassent l’inflation et le plafond mensuel de la sécurité sociale..

Mais plus largement, cette revalorisation confirme que le patronat de la métallurgie peut augmenter les salaires bien au-delà de ce qui a été fait ces dernières années. Une référence « minimale basse » de 2,1 % d’augmentation générale peut désormais être utilisée comme un repère, aussi bien lors des négociations annuelles de branche sur les territoires que lors des NOA dans les entreprises et pas seulement pour les ingénieurs et cadres mais bien pour tous les salariés. Une branche comme celle des services de l’automobile, ainsi que des élus CGT de RENAULT ont déjà utilisé cette référence lors de leurs récentes négociations sur les salaires.

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

S'abonner à la lettre .info

Top