Mobilisation interprofessionnelle du 9 octobre

La CGT Finances mobilise pour l’emploi, les salaires, les missions, les conditions de travail

Lire la suite...
28 septembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Face à la destruction systématique des services, institutions et établissements, la liquidation du Crédit Foncier, la destruction des réseaux de proximité, les suppressions d’emplois massives (Banque de France, Finances publiques…), au transfert de missions publiques au secteur privé, à la précarisation…la fédération CGT des Finances appelle à la mobilisations le 9 octobre.

« Parce que les besoins sociaux augmentent« , la CGT Finances porte une série de revendications de moyens pour y répondre dans de bonnes conditions. Elle demande ainsi :

1. le développement d’un réseau d’implantations adapté aux besoins des territoires et des citoyens ;

2. un plan pluriannuel de créations d’emplois statutaires ;

3. l’intégration au sein des administrations et établissements de toutes les fonctions dites de « support » nécessaires aux missions économiques et financières ainsi qu’un large plan de résorption de la précarité ;

4. l’augmentation du pouvoir d’achat avec le rattrapage des pertes intervenues les années antérieures l’augmentation immédiate de 300 euros pour tous, l’indexation de la valeur du point d’indice sur le coût de la vie et le rétablissement de la péréquation pour les retraités ;

5. des mesures correctrices pour que l’égalité salariale entre les femmes et les hommes soit une réalité dès maintenant ;

6. l’abrogation de tous les systèmes de rémunération au « mérite » ;

7. la reconnaissance des qualifications, de plus en plus élevées, que les agents doivent acquérir pour remplir correctement leurs missions, sous la forme de plan de qualifications massifs et la progression d’au moins un niveau de qualification au cours de la carrière ;

8. le maintien des CHSCT, le respect par les employeurs de leurs obligations de sécurité de résultats en santé au travail, un plan d’urgence de désamiantage massif des sites domaniaux, locatifs, cités administratives, immeubles de type «  Pailleron  », pour qu’aucune contamination ne se produise plus et que l’amiante soit banni de nos bâtiments ;

9. des politiques sociales répondant aux besoins des agents et salariés des administrations et établissements économiques et financiers : logement, restauration, vacances… ;

10. la création d’un véritable pôle financier public, sous contrôle démocratique et citoyen, élargi à la Banque de France et aux institutions financières qui exercent des missions d’intérêt général.

 

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

2 réactions

S'abonner à la lettre .info

Top