#FonctionPublique

120 000 fonctionnaires en danger : les #EspècesMenacées défilaient dans Paris

Photos et ambiance de manif

Lire la suite...
24 mai 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Ce mardi 22 mai, les fédérations CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FA (Autonomes), FO, FSU, Unsa et Solidaires appelaient 5,4 millions d’agent·e·s de la Fonction publique à une journée de grève et de manifestation. Cette unité d’une ampleur inédite depuis 10 ans promettait une belle journée de lutte.

À la mi-journée, le taux de participation au mouvement de grève s’élevait à 9,77 % dans la Fonction publique d’État, à 6,3 % dans la Fonction publique territoriale, et 12,57 % des enseignants premier et second degrés confondus avaient déposé leur préavis. La journée de mobilisation réunissait également de nombreux agents de la Fonction publique hospitalière, des cheminots et de très nombreux étudiants, venus enfler les cortèges des 140 manifestations prévues ce jours-là.

Défense du statut des fonctionnaires, arrêt immédiat de toutes les suppressions de postes, augmentation des salaires et reconnaissance des qualifications, abrogation du jour de carences, revalorisation des carrières … les revendications pour sécuriser, revaloriser et protéger le service public étaient nombreuses et aussi diversifiées que le cortège qui s’est élancé peu après 14 h de la Place de la République sous un soleil radieux.

L’encadrement est en première ligne pour mettre en œuvre les politiques d’austérité et est directement menacé par la rémunération au mérite et le recrutement de contractuels en lieu et place de titulaires. Il avait rendez-vous sous la bannière Ugict-CGT sous le mot d’ordre « Fonctionnaires : espèces menacées ». Derrière une banderole noire et blanche éponyme, les militant·e·s arboraient des masques de pandas, symbole de la menace de disparition des espèces animales. Des lions, koalas, girafes et autres zèbres venaient densifier ce cortège haut en couleurs. La fanfare « La Grâce de l’hippopotame » rythmait les pas festifs du cortège et bientôt celui-ci était rejoint par de nombreux curieux, réclamant tracts et autocollants.

Vers 16 h, alors que le cortège arrivait à peine à Bastille, l’orage s’abattait sur la capitale mais n’entamait en rien la détermination de la manifestation. Les militant·e·s et fonctionnaires alentours arboraient désormais des pancartes participatives, sur lesquelles ils pouvaient inscrire quel était leur métier et en quoi ils se sentaient menacé·e·s dans leur travail, et été invité·e·s à tweeter ces informations, sous le #EspècesMenacées.

Malgré cette initiative décalée et une ambiance chaleureuse, le ton de cette grande manifestation unitaire était résolument revendicatif. Le projet de réforme de la Fonction publique d’Emmanuel Macron précarise toujours plus les fonctionnaires et menace l’intérêt général et tous les services publics. Alors si l’ambiance était à la fête, l’humeur était elle à la lutte.

 

Sur ce sujet voir aussi :
Mediapart : « Les fonctionnaires défilent pour en pas devenir des espèces menacées » 

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

S'abonner à la lettre .info

Top