Ferroviaire

Le déferlement anti-cheminots doit cesser !

Communiqué commun des journalistes et des cheminots CGT

Lire la suite...
14 mars 2018

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis quelques jours, les cheminots et leurs familles subissent des attaques inacceptables. La Fédération CGT des cheminots et le Syndicat National des Journalistes CGT (SNJ-CGT) dénoncent avec force cette campagne de dénigrement sans précédent.

Rarement une profession aura fait l’objet d’un tel déferlement tous azimuts.

Depuis les annonces du Premier ministre concernant la casse de l’entreprise SNCF, les cheminots essuient les tirs croisés de celles et ceux qui militent pour la casse du service public ferroviaire.

NON, les cheminots ne sont pas responsables des décisions, des errances de la direction SNCF et des gouvernements successifs qui, depuis des années, s’attachent à déboulonner l’entreprise publique.

NON, le Statut des cheminots n’est pas un « boulet » pour la SNCF et la Nation. Il est au contraire une force. Il permet d’assurer la continuité, la pérennité et la stabilité du service public. Il est gage d’une formation professionnelle initiale et continue de haut niveau permettant d’assurer la sécurité des circulations et le fonctionnement du chemin de fer public 24h/24, 365 jours par an.

NON, les cheminots ne sont pas responsables de la dette du système ferroviaire pas plus qu’ils ne sont responsables de l’éclatement de la SNCF décidé lors de la réforme de 2014 qui préfigurait la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui.

Les comptes 2017 de la SNCF présentés récemment démontrent, une nouvelle fois, que les cheminots participent avec force et conviction au maintien et au développement du service public ferroviaire : le résultat net a triplé, la fréquentation est en progression sur les TGV comme sur les TER, tout comme les chiffres d’affaires de SNCF Mobilités et du groupe, pour ne citer que ces items.

Ces résultats viennent percuter de plein fouet les propos du Premier ministre sur la situation à la SNCF.

Une mise en scène politico-médiatique scandaleuse

L’emballement anti-cheminots, savamment orchestré, vise en fait à détourner l’opinion publique et à opposer les salariés de la SNCF au reste de la population. 

Les cheminots ne se détourneront pas de l’essentiel. La réforme engagée vise, à terme, à réduire drastiquement le réseau ferroviaire, à ouvrir à la concurrence, à privatiser la SNCF et à porter un coup sérieux à leurs conditions sociales. En Europe, là où les mêmes réformes ont été introduites, le prix des transports a explosé et leur qualité s’est effondrée. En France, le bilan de la privatisation des autoroutes est sans appel : hausse continue des péages et dégradation du service rendu.

Depuis quelques jours, les cheminots et leurs familles subissent des attaques inacceptables. La Fédération CGT des cheminots et le Syndicat National des Journalistes CGT (SNJ-CGT) dénoncent avec force cette campagne de dénigrement sans précédent.

De France Inter à Europe 1 en passant par TF1 ou les grands quotidiens, l’hostilité envers les mobilisations sociales est sans égal ! Le but de la CGT serait de « bloquer la France » ou d’obliger « le contribuable à payer encore davantage pour le fonctionnement de la SNCF » ; le statut de cheminot ne serait « plus justifié aujourd’hui » et il faudrait le « faire évoluer au minimum ». Le SNJ-CGT et la Fédération CGT des Cheminots appellent les journalistes à enquêter et à confronter les points de vue sur les réelles causes des dysfonctionnements de la SNCF et les effets que pourrait avoir « le nouveau pacte ferroviaire » présenté par le gouvernement.

Détermination chez les cheminots

Nous réaffirmons par ailleurs que si le gouvernement et la direction SNCF devaient choisir le passage en force, les cheminots répliqueraient avec lucidité et détermination.

D’ores et déjà, la Fédération CGT et le SNJ-CGT appellent les cheminotes et les cheminots, les usagers et leurs associations à participer massivement à la manifestation nationale unitaire le 22 mars prochain à 13h00, place de la République, à Paris.

Montreuil, le 12 Mars 2018

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

9 réactions

  1. Bravo, la manifestation nationale à Paris le 22 mars va être massive ! Les travailleurs ,les employés des Fonctions publiques, comme les employés du privé commencent à comprendre la « stratégie » utilisée par Macron : diviser, opposer les uns aux autres ….Ses manoeuvres ne tiendront pas bien longtemps…les gens vont finir par se rendre, tous, compte qu’ils se sont fait « abuser », « berner » par Macron…Comme avait dit le général Villiers: « ne nous laissons pas baiser  » !!!………

  2. Surtout, ne lâchez rien !! Toutes les privatisations spectaculaires ont entraîné une fragilisation des structures au profit des actionnaires et une précarisation des emplois. Les résultats sont là dans l’automobile (Renault), la banque (subprimes), la sidérurgie, les PTT (scandaleux!)…
    L’U.E. a été créée sur les plans d’une machine à broyer les populations au seuls intérêts de la finance et du business.
    Il serait temps de réagir !
    Né en 1943 (tjrs en pleine santé, merci !), fils de cheminot (conducteur électricien-CRE), jai sévi 40 ans dans la banque et je ne cesse de déplorer la passivité dont notre génération des 30 glorieuses a fait montre. Nous nous sommes laissés progressivement endormir pendant que de solides structures de pouvoir financier se mettaient en place avec obstination !!
    Pour avoir été délégué syndical cadres, il faut reconnaître aussi que nos divisions portent une lourde responsabilité.
    Il est urgent de faire bloc.
    Il faut mettre un terme à ces dérives dangereuses pour la démocratie et préserver l’avenir de nos enfants; Alors, comme dirait Pierre Rabhi, avec son colibri : « nous aurons fait notre part » et nous pourrons enfin retrouver notre fierté et notre joie de vivre. Bien amicalement.
    Un autre monde est tout-à-fait possible :
    « Economie japonaise: le bout du tunnel?
    Le premier ministre Shinzo Abe, soutenu par la Banque du Japon, exhorte les compagnies à augmenter les salaires et pas uniquement les profits, l’enjeu consistant à relancer à présent la consommation des ménages, avance Dirk Perini, blogueur sur Iconomix.ch, la plateforme de formation de la BNS »
    Courage et amitiés.

  3. Oui, vous derengez avec votre passé de résistant et votre capacité de lutte actuelle là où d’autres baissent les bras . C’est aussi une attaque contre le syndicalisme . Résistez’.

  4. OK, 100 % avec l’action des cheminots qui ont un passé révolutionnaire. Tenez bon, la majorité des citoyens, des usagers et des fonctionnaires comme je le fût vous encouragent. Il ne faut pas que Macron et son gouvernement nous plument une fois de plus. Il y en a assez des suppressions des acquis. Il y en a assez que les petites gens soient laissés pour compte quand les plus riches familles françaises brassent des milliards sans scrupules. Courage, Camarades vous avez souvent été confrontés à d’autres difficultés et, soutenus, vous gagnerez. Josiane, retraitée du Service de la Navigation de la Seine (aujourd’hui VNF) EPIC combattu en son temps mais hélas bien installé maintenant.

  5. Le traitement médiatique de la lutte des cheminots est purement scandaleux. Il est temps de remettre du professionnalisme et de la vertu dans les médias français, actuellement gangrennés par la mainmise gouvernementale et celle des propriétaires fortunés des grands groupes de presse !

S'abonner à la lettre .info

Top