Lu dans la NVO

Réforme des retraites : l’Ugict tisse la toile pour mobiliser l’encadrement

L’organisation CGT de l’encadrement développe une campagne numérique pour constituer un réseau et mobiliser les ingénieurs, cadres et techniciens sur la réforme des retraites.

Lire la suite...
10 octobre 2019

Temps de lecture : 4 minutes

L’union générale des ingénieurs, cadres et techniciens de la CGT s’est lancée, depuis plusieurs mois, dans une campagne sur la réforme des retraites. Elle est notamment concrétisée par la mise en ligne d’un site internet dédié, reforme-retraite.info, dont la page d’accueil alerte les salariés qualifiés et en responsabilités, l’encadrement, avec ce message simple et direct : « Avec sa réforme, le gouvernement veut baisser ta retraite ». Elle leur propose notamment, via un calculateur en ligne, d’évaluer les dégâts pour leur situation personnelle. « Cette interpellation ne doit rien au hasard, explique Marie-Jo Kotlicki, la co-secrétaire générale de l’Ugict-CGT. Parce que les ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise [ICTAM] ont tout à perdre avec cette réforme. Ce ne sont surtout pas des “premiers de cordée” qui s’en sortiront un peu mieux que les autres parce que leur salaire est plus élevé. Ils ont tout à perdre parce que ce sont eux qui vont connaître la baisse de revenus la plus conséquente. Ils vont donc être – du moins pour ceux qui en auront encore la capacité – la cible privilégiée des systèmes d’épargne individuelle. C’est par ces catégories que l’on va asseoir la rupture avec le système solidaire par répartition. »

Un objet politique flou et un calendrier élastique

La CGT de l’encadrement a donc décidé de lancer une campagne spécifique, par sa cible mais aussi par ses moyens et ses outils de communication. « Au départ, explique Damien Ramage, chargé de la communication de l’Ugict, on ne savait pas trop quel allait être le tempo de cette réforme. On était donc devant un projet flou, avec un calendrier qu’on sentait ­élastique. » Et pour reprendre l’expression de l’ancienne ministre du Travail, ­Martine Aubry, « quand c’est flou c’est qu’il y a un loup ». L’Ugict est placée devant une équation complexe : ­comment décrypter cet « objet politique flou » dont on sentait bien, avant la sortie du rapport Delevoye, qu’il allait faire baisser les pensions des ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise et casser le système de solidarité ? ­Comment mobiliser, afin de s’y opposer, et revendiquer une autre réforme pour laquelle la CGT a des propositions – dont certaines parlent directement aux ICTAM ? C’est vrai, par exemple, pour la reconnaissance des années d’étude pour la retraite, l’égalité salariale femmes-hommes ou encore une assiette de cotisations salariales et patronales sur l’ensemble de la rémunération (salaires et primes). Comment s’adresser à l’ensemble des ICTAM, soit presque un actif sur deux, voire plus dans certaines régions, alors que l’organisation spécifique Ugict n’est pas implantée partout et n’a pas un accès direct à ces salariés ?

Une campagne numérique favorisant l’horizontalité

Le choix a donc été non pas de concevoir une campagne numérique verticale, où l’organisation se contenterait de générer des contenus depuis ­Montreuil (93) en attendant qu’ils soient partagés, mais de créer un réseau autour de cette réforme en pariant sur la créativité, l’expertise, les questionnements des salariés ICTAM, qu’ils soient ou non syndiqués, en favorisant leur expression et les échanges. Le site réforme-retraite.info est donc participatif et complémentaire par rapport aux groupes WhatsApp et Facebook créés par des syndiqués. De fait, un réseau s’est progressivement constitué depuis quelques mois et comptait, fin septembre, 600 personnes qui, chacune à leur niveau de connaissance et d’implication, souhaitent être des relais. Et c’est pour se former aux enjeux de la réforme, comprendre et porter les propositions de la CGT et confronter leurs points de vue sur la construction des mobilisations qu’une centaine d’entre elles ont participé, le 26 septembre, à une journée d’étude à Montreuil. Et afin de démultiplier cette formation, l’Ugict-CGT va la décliner en MOOC, c’est-à-dire en une formation à distance capable d’accueillir un grand nombre de participants.

Cet article fait partie d’un dossier publié dans le numéro d’octobre 2019 de la Nouvelle Vie Ouvrière.

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

S'abonner à la lettre .info

Top